Mot-clé - Corazones de acero

Fil des billets

mercredi 21 janvier 2015

Fury

trailer-en-castellano-de-corazones-de-acero-fury-con-brad-pitt-original.jpg
Corazones de acero (comme cœurs d'acier). A croire que Fury, le titre du film de David Ayer, n'était pas suffisamment explicite. Avec "Corazones de acero", au moins, on annonce la couleur. Fury (Corazones de acero) est bien un film de braves guerriers, de héros : en l'occurrence, les soldats américains qui à la toute fin de la Seconde Guerre mondiale, ont dû faire face à des SS proches de la défaite, acculés et déterminés. Le mérite principale de ce film glaçant, c'est son action resserrée en 24 heures, un certain naturalisme qui restitue les faits sans qu'il y ait besoin de commentaires. Brad Pitt, en meneur d'hommes plus déshumanisés qu'écervelés, livre une prestation parfaite, sans fioritures. Fury, comme le nom du char qui abrite ces soldats désespérés, perd en crédibilité lorsque, au contraire, il cherche à sous-titrer les émotions enfouies de ses personnages, celles que la guerre n'a pas réussi à tuer. Merci, mais on avait compris que ces hommes n'étaient pas des monstres, même s'ils y ressemblent de près – et agissent comme tels. Le film est bien plus percutant lorsqu'il révèle la part d'ombre, inéluctable, de ceux qui ont dû participer à cette boucherie géante.