Mot-clé - Woody Allen

Fil des billets

lundi 29 décembre 2014

Un 31 à Barcelone

10403301_10152678523294542_3886815382839037448_n.jpg
Luciano présente Luciano à Barcelone :)

Ne nous mentons pas : les réveillons de Nouvel an sont faits pour les attrape-nigauds, et ils ne manquent pas ! Ceux qui ne résisteront pas à la tentation de casquer pour mieux oublier ont donc l'embarras du choix. Sans parler de l'option cheap, sans doute la meilleure, consistant à flâner dans la douceur nocturne de Barcelone, de fontaine magique (Plaza España) en artères illuminées, et sans trop se fatiguer puisque le métro fonctionne toute la nuit. Pour les plus nantis, signalons, surtout pour l'anecdote, le concert du clarinettiste Woody Allen au Gran Teatre del Liceu. Les clubbers pourront opter pour le set de Luciano (Suisse originaire du Chili) et sa deep techno aux résonances subtropicales (Under Club) ou encore se rendre à la soirée du Nitsa Club qui rendra hommage aux sonorités – dancefloor – des années 90. Deux autres suggestions, les soirées du BeCool (métro Hospital Clinic) ou encore du Moog (Raval), deux bonnes adresses intimes, à la programmation pointue, et relativement accessibles (de 15 à 25 euros pour la nuit du 31). Que la nuit soit belle…

mardi 16 décembre 2014

Magic In The Moonlight

MV5BMTQ3NDY5NjIwN15BMl5BanBnXkFtZTgwNjQ2ODkxMjE_._V1_SY317_CR0_0_214_317_AL_.jpg
Les Espagnols, comme les Français, sont fans de Woody Allen. Qui plus est le réalisateur de 79 ans, qui n'a pas peur de se répéter (ou, plus juste, qui ne peut s'en empêcher) séduit toujours, c'est miraculeux. Après Blue Jasmine, Magic In The Moonlight peut sembler plus "faible", ou mineur. Mais, comme souvent chez Woody Allen, il a gagné en légèreté sans verser pour autant dans le superficiel. Son histoire de médium lunaire confrontée à un magicien rationnel et imbu de sa personne a quelque chose d'attendu. On sait à peu près où on nous mène mais, contre toute attente, on se laisse porter. Aussi étrange et incroyable que la mésaventure du personnage incarné par Colin Firth. Dans son cheminement un brin pervers, lui, double transparent du cinéaste, il nous amène à partager ses tourments – et ses doutes. Et, abracadabra, la joie demeure. En espagnol, l'illusion (ilusión), c'est aussi l'espoir…